Apprentis d'Auteuil

Voici les articles classés dans la catégorie : Démos | Non classé | VItagliano

L’école Vitagliano en concert à la Philharmonie !

Lina, Noé, Estephane, Jules et tous leurs camarades de l’école primaire Vitagliano (Marseille, 13) ont joué le 25 juin à la Philharmonie de Paris. Un défi relevé grâce à Démos, dispositif d’éducation musicale à vocation sociale, qui met la musique classique à la portée des enfants des quartiers. Explications.

La grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris, la plus prestigieuse, est pleine à craquer. Familles, amis, professeurs, éducateurs, animateurs, mécènes, tous ont pris place pour écouter les enfants participants au projet Démos, un dispositif dont l’objectif est de démocratiser la pratique de la musique classique. Public visé ? Les enfants des quartiers « politique de la Ville ». « Lire, écrire, compter ne suffit pas, souligne Gilles Delebarre, responsable du projet Démos à la Philharmonie de Paris. Au-delà, il faut une éducation artistique et musicale, qui forme des citoyens imaginatifs, sensibles et attentifs aux autres. »  11 des 30 orchestres Démos se sont succédé à la Philharmonie, le week-end du 24-25 juin, soit plus de 1000 enfants. En ce début d’après-midi du dimanche 25 juin, c’est le tour des orchestres Démos Marne et Gondoire, Marseille (écouter le concert en podcast), Paris et Val-de-Marne de montrer leurs talents.

Des pièces aux arrangements étudiés

Enfin vient le tour de l’orchestre Démos Marseille. Arborant un t-shirt orange, les enfants, scolarisés du CE1 au CM2 à l’école primaire Vitagliano, font leur entrée, ainsi que des enfants fréquentant les cours Ozanam, l’association Massabielle et le centre social Malpassé, partenaires de la fondation. Dirigés par le chef d’orchestre Victorien Vanoosten, ils jouent tout d’abord Bydlo, tiré des Tableaux d’une exposition de Moussorgsky, puis chantent le chœur des esclaves, extrait de Nabucco de Verdi. Et enfin, ils jouent et chantent un air tzigane traditionnel, Mamuliga Branzali. Une alternance de pièces classiques et traditionnelles, aux arrangements étudiés, qui permettent aux enfants de varier les plaisirs : jouer de leur instrument, chanter, frapper le rythme en servant de leur corps.

Un projet qui donne des ailes

Les applaudissements sont à la hauteur de l’investissement des enfants. La joie et l’émotion des familles et des adultes sont intenses. « J’en ai pleuré, avoue Marie-Laure Fazi, directrice de l’école primaire. Le défi est relevé. Engagés pour trois ans, cela fait deux ans que nous suivons Démos, il est inclus dans notre projet d’école. Ce projet musical permet de travailler l’écoute, le vivre ensemble, le goût de l’effort, et surtout, la fierté. Aucun enfant n’avait appréhendé la musique auparavant. Ce projet leur donne des ailes. »

Les élèves du CE1 au CM2 travaillent l’instrument quatre heures par semaine, sur le temps périscolaire, par pupitres de 15, encadrés par des professionnels. La méthode, ludique, est inspirée des pédagogies d’Amérique latine et du projet El Sistema. Les CP, encore trop jeunes, suivent une initiation musicale. Lina, 9 ans, explique : « Je joue de l’alto, c’est comme un violon, en plus grand. Au début, je n’avais pas trop envie, mais maintenant, je me débrouille, et j’aime bien ! » « Moi, dit Estephane, je joue de la clarinette. C’est très beau, et je connais toutes mes notes. » Au-delà de ces heures de pratique, la musique irrigue toutes les disciplines, du français aux mathématiques, en passant par les arts plastiques.

Evaluer l’impact sur les apprentissages

« L’orchestre de Marseille est unique en son genre au sein du projet Démos, car il concerne toute une école, précise Bruno Galy, directeur territorial PACA à Apprentis d’Auteuil. Il est en complète adéquation avec le projet de la fondation. Pour compléter ce dispositif et l’évaluer, une équipe de spécialistes de l’hôpital de la Timone mène des recherches sur son impact sur les apprentissages. Les résultats seront connus à l’issue des trois années d’expérimentation. »
Les parents, quant à eux, sont impressionnés par le travail fourni. Eux aussi suivent les progrès à la maison. Noé, huit ans, joue de la flûte traversière. Son papa, M. Sikakonu, rayonne : « Je suis très content de leur prestation. Et à la Philharmonie, c’est le top. Je suis aussi heureux de voir le respect qu’ils montrent envers les adultes, leur obéissance. Je ne pensais pas que ce serait comme cela, on dirait des grands ! »


Les orchestres Démos en France
Il existe actuellement 30 orchestres Démos en France. Destiné aux enfants de 7 à 14 ans vivant dans des quartiers politique de la Ville, ou en zone rurale, le dispositif a révélé chez certains le goût de la musique : 50 % des enfants inscrits entre 2010 et 2012 se sont inscrits dans un conservatoire. Soutenu par cinq ministères (Culture, Education nationale, Cohésion des territoires, Outre-Mer et Défense), Démos est financé à 50 % par l’Etat, le reste étant porté par du mécénat. L’orchestre Démos de Marseille est soutenu financièrement par la CAF des Bouches-du-Rhône, la fondation Foujita, le fonds Maranatha, la fondation d’entreprise AG2R la mondiale, Cap Vert énergie, CMA-CGM, Omnes Capital, Bouygues et Denibam.

Double reconnaissance pour l’Ensemble scolaire Vitagliano

L’Unesco a récemment distingué l’Ensemble scolaire Vitagliano dont le directeur a lui aussi, par ailleurs, été honoré.

En juillet dernier, la Commission nationale française pour l’Unesco a décidé d’intégrer l’Ensemble scolaire Vitagliano au réseau des écoles associées à l’Unesco. Par ce label, l’illustre institution reconnaît le travail accompli dans le champ de l’éducation à la citoyenneté mondiale pour sensibiliser les jeunes aux valeurs humanistes et aux principes de la solidarité internationale.

Chantier solidaire en Inde, apprentissage du développement durable ou encore éveil à la musique classique dans le cadre d’un orchestre philharmonique sont autant d’illustrations du travail pédagogique mené par les équipes de l’établissement marseillais au service de l’intégration des jeunes et de leurs familles dans le monde d’aujourd’hui, telle que l’encourage l’Unesco.

3591 080Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, une autre distinction est venue récemment consacrer la qualité de l’encadrement pédagogique de l’Ensemble scolaire Vitagliano, cette fois en la personne de son directeur : François-Régis Daboval. Ce dernier a en effet été promu au rang de Chevalier de la Légion d’honneur, le 1er janvier dernier. Une récompense qui vient couronner 36 ans de carrière et l’engagement infatigable de ce « pur produit de l’Enseignement catholique », comme il se définit lui-même, auprès des jeunes en difficulté.

Il est arrivé à Apprentis d’Auteuil en 2012. après avoir dirigé différents établissements scolaires avec internats, où il a particulièrement développé les formations technologiques et professionnelles et toujours eu à coeur la dimension internationale.

« Cette distinction éminente vient reconnaître votre engagement et votre professionnalisme. A travers vous, elle reconnaît aussi Apprentis d’Auteuil et nous en sommes tous honorés. Merci pour cela. » écrit Nicolas Truelle dans le message de félicitations qu’il lui a adressé.

Quand la musique est bonne…

DEMOS stage nov 2015 - copyright DEMOS (7)C’est bien connu : la musique adoucit les mœurs. Et au-delà de la musique elle-même, sa pratique en orchestre est source de multiples bienfaits (concentration, rigueur, respect mutuel…) pour des enfants en difficulté scolaire, sociale ou familiale. Ajoutez à cela que moins de 3% des enfants, en France, ont accès à la pratique d’un instrument, que pour ceux issus de quartiers sensibles de Marseille, l’apprentissage de la musique classique reste le plus souvent inaccessible alors qu’ils pourraient en tirer le plus grand bénéfice, et vous comprendrez pourquoi l’Ensemble scolaire Vitagliano d’Apprentis d’Auteuil a souhaité se lancer dans l’aventure Démos.

Démos, c’est un projet de démocratisation culturelle centré sur la pratique musicale en orchestre. Coordonné par la Philharmonie de Paris, ce projet de dimension nationale est destiné aux jeunes habitants des quartiers prioritaires ne disposant pas toujours des ressources économiques, sociales ou culturelles pour découvrir et pratiquer la musique classique dans un cadre existant. La pédagogie collective de Démos propose dés lors de conjuguer éducation artistique et apprentissage du « vivre ensemble » par la responsabilisation des enfants et la pratique musicale intensive : chacun d’entre eux suit quatre heures de cours collectifs par semaine et se voit confier un instrument dont il est responsable pendant toute la durée de son parcours.

A Marseille, le projet, porté par Apprentis d’Auteuil à travers l’Ensemble scolaire Vitagliano, associe différents partenaires (Cours Frédéric Ozanam, association Massabielle, Centre d’action sociale de Malpassé) et regroupe une centaine d’enfants âgés de 7 à 12 ans. Ces derniers se sont retrouvés début novembre pour leur tout premier stage musical encadré par des éducateurs, animateurs et instituteurs. Vingt artistes professionnels étaient présents pour cette première sensibilisation : professeurs de musique, de danse et de chant, musiciens de l’Opéra de Marseille ou encore de la Philharmonie de Paris. Après avoir travaillé en atelier de création musicale, d’expression corporelle et de chant, les enfants ont pu ainsi assister à un mini-concert alliant répertoire classique et gospel.

Prochaine étape importante du projet : la sacro-sainte remise des instruments aux enfants, qui se déroulera en janvier, en présence des familles et des bienfaiteurs. Pour avancer ensemble vers la constitution d’un véritable orchestre symphonique qui se donne trois ans avant de se produire en public à la Philharmonie de Paris !

A vos pupitres, le compte à rebours a commencé…

Quoi de neuf pour la rentrée d’Apprentis d’Auteuil en PACA ?

Apprentis d’Auteuil en PACA, ce sont 26 établissements qui accueillent plus de 3 000 jeunes et accompagnent près de 500 familles chaque année. Voici les dernières nouveautés de la rentrée 2014-2015 :

A Marseille, l’Ensemble scolaire Vitagliano a ouvert une classe de 3eme qui vient parfaire son dispositif collège. La classe accueille 12 élèves au sein d’un ensemble intégrant une École des apprentissages et un Internat éducatif et scolaire, pour un total de 110 jeunes.

Sur le site de Saint-François de Sales, le dispositif Passerelle a fait sa première rentrée après 6 mois d’existence au service de l’accueil d’urgence d’une quarantaine de Mineurs Isolés Etrangers (MIE). Passerelle dépend de la MECS Saint-François de Sales qui accueille 70 jeunes cette année.

Du côté de Grasse, le restaurant « Le Mas du Calme » ouvre à nouveau ses portes au public pour leur proposer une formule déjeuner au rapport qualité-prix exceptionnel, grâce au travail des jeunes accueillis dans le cadre de ce chantier d’insertion. Pour en savoir plus sur ce restaurant et sur le centre de formation continue AFC-Asprocep dont il dépend, lvisitez le nouveau site de l’établissement : http://asprocep06.apprentis-auteuil.org/

C’est parti !

Ça y est !

Après de longs mois de préparation qui ont mis à contribution les équipes et les jeunes de l’Ensemble scolaire Vitagliano, 15 d’entre eux, accompagnés de 9 adultes, ont décollé mercredi 19 février de Marseille pour New Delhi.

Objectif Coimbatore, pour y passer trois semaines à restaurer un orphelinat. L’occasion d’un dépaysement total pour ces jeunes âgés de 13 à 15 ans qui, pour beaucoup d’entre eux, n’avaient jamais quitté Marseille !

On leur souhaite bon voyage, de très belles rencontres et de revenir transformés à l’issue de ce chantier de solidarité internationale.

Un concert pour l’Inde

Depuis quelques années, l’établissement scolaire Vitagliano à Marseille accueille des religieuses indiennes de la Congrégation des Sœurs de la Présentation de Marie. De cette proximité est né un projet : rénover un orphelinat géré par la Congrégation à Coimbatore, en Inde.

Catherine Sareiva, Directrice éducative adjointe de l’internat éducatif et scolaire Vitagliano, se rappelle : « Ce projet est simplement né d’une conversation sous le soleil de Marseille, un moment d’échange et de partage, une curiosité sur la vie d’ici et d’ailleurs. Puis le rêve a rapidement pris forme grâce à une volonté partagée avec Sœur Viola de rassembler ici jeunes et adultes pour soutenir là-bas l’accueil et la scolarité des jeunes filles. »

Concrètement, quinze jeunes de 13 à 15 ans, accompagnés de sept adultes, vont se rendre trois semaines à Coimbatore en février 2014 pour remettre en état les sanitaires d’un orphelinat de jeunes filles. Le groupe aura la charge d’installer la robinetterie et faire la peinture de l’ensemble des douches et toilettes.

Pour parvenir à réaliser ce projet, de nombreux salariés d’Apprentis d’Auteuil se sont mobilisés afin de récolter des fonds : vente de gâteaux, kermesse, déjeuner indien… Autant d’initiatives pour permettre aux jeunes de découvrir une nouvelle culture et de mettre à profit leurs talents.

 

Dans ce même cadre, un concert de harpes exceptionnel aura lieu le vendredi 22 novembre à 20h. Plusieurs artistes, dont certains de renommée internationale, nous feront profiter gracieusement de leur talent dans le cadre de cet événement organisé en partenariat avec le Rotary Club Notre-Dame de Marseille et KEDGE Business School, sous le parrainage d’Andréa Ferréol et du Prince Murat. L’ensemble des fonds récoltés lors de cette soirée sera reversé au profit de ce projet Inde.

Si vous souhaitez assister au concert ou apporter votre soutien financier à ce beau projet, rendez-vous sur le site Internet de l’Ensemble scolaire Vitagliano pour avoir tous les détails.

Vous pouvez également télécharger le communiqué de presse :

  Communiqué Presse - Concert exceptionnel en faveur d'un projet solidaire en Inde avec Apprentis d'Auteuil (29,7 KiB, 1 162 hits)