Impact jeunes, un programme d’insertion inédit pour des 15-25 ans

À Tarascon et dans deux quartiers prioritaires de Marseille, trois « boosters d’insertion » vont à la rencontre des jeunes pour leur trouver des solutions sur-mesure. Zoom sur Impact jeunes, un programme inédit d’Apprentis d’Auteuil, en expérimentation depuis un an.

 

12 h, début de printemps à Tarascon. Remontant le boulevard circulaire qui entoure la vieille ville, Ismail Rahaoui salue les jeunes qu’il croise sur son passage et s’attarde un instant, ou plus, avec eux. Par cette attitude bienveillante et respectueuse de leurs codes, il résume l’essence même de sa mission de  « booster d’insertion » : aller au-devant des 15-25 ans pour leur permettre d’avancer à leur tour.
Agé de 25 ans, le jeune professionnel, recruté en mars 2017 par Apprentis d’Auteuil, part chaque jour à la rencontre des jeunes en recherche d’emploi ou de formation qu’il trouve là où ils vivent : cages d’escalier, clubs de sports, snacks ou bars, pour les inciter à « se bouger ». Il fait également vivre, jour après jour, la dynamique d’Impact jeunes, en partenariat avec des acteurs publics, économiques et associatifs.

Briser la spirale du chômage

Inédit en France, ce programme s’inspire du projet Harlem Children’s Zone, un programme original conçu en 1970 par Geoffrey Canada, éducateur, pour aider les jeunes d’un micro quartier de Harlem à terminer leurs études et accéder au marché du travail.

L’enjeu d’Impact Jeunes est, d’ici 2020, de ramener vers l’emploi 3 000 jeunes de 15 à 30 ans dans trois quartiers prioritaires des Bouches-du-Rhône : Les Ferrages et le centre historique à Tarascon, Félix-Pyat et Malpassé à Marseille. Dans ces quartiers, le taux de chômage oscille entre 20 et 45%, contre 10,5% au niveau national. Tarascon, situé à 100 kilomètres de Marseille, est la commune la plus pauvre des Bouches-du-Rhône…
Le dispositif, qui réunit une cinquantaine de partenaires du public et du privé (collectivités, CAF, missions locales, entreprises comme Carrefour ou Vinci, associations locales…), dispose d’un comité chargé d’évaluer les projets construits avec les acteurs locaux, les jeunes et les boosters avant de les financer.
Comme un concours d’éloquence ou des rendez-vous réguliers chefs d’entreprise-jeunes qui démarrent avec un film monté par les chercheurs d’emploi eux-mêmes, une des dernières initiatives imaginée par Ismail et ses collègues.
Trois millions d’euros vont être investis sur trois ans dans le dispositif, lauréat de La France s’engage, ce programme de soutien à l’initiative sociale initié par l’Etat en 2014.

Ismail, un professionnel investi

Titulaire d’une licence en AES (Administration économique et sociale) et d’un diplôme en comptabilité, Ismail Rahaoui est né dans une famille du centre ville de Tarascon et a grandi à la cité des Ferrages. Avant de travailler pour Impact jeunes, le jeune homme, vif et curieux, a monté une société de cours particuliers à domicile, tout en travaillant comme assistant d’éducation au lycée d’enseignement général de la ville. Pour Ismail et ses collègues, l’intention est claire : « toucher des jeunes porteurs de compétences et de talents, et qui, malgré tout, ne trouvent pas de solutions parce qu’il leur manque un petit quelque chose. Notre travail, c’est du sur-mesure, du cousu main. Les résultats sont là parce que nous nous sommes derrière chacun des jeunes que nous suivons et que nous ne les lâchons pas d’un pouce. »

Des premiers résultats encourageants

 

14h, lycée Alphonse Daudet. L’établissement accueille cet après-midi le sixième et dernier atelier d’une session autour des métiers de l’image pour une dizaine de lycéens encadrés par un professionnel. Un parcours coconstruit avec Mille Visages, association d’initiation professionnelle aux métiers du cinéma pour des jeunes issus de quartiers populaires. La semaine suivante, les jeunes présents à l’atelier séjourneront une semaine à Paris, en lien avec la promotion francilienne de l’association, et bénéficieront d’une formation intensive. Avec l’assurance pour les six étudiants les plus talentueux et motivés du groupe d’accéder à une grande école du numérique. « Nous avons cherché à initier nos jeunes à des métiers un peu différents, voire novateurs », explique Ismail Rahaoui.

Dans une salle attenante, le jeune booster, très impliqué, fait le point avec ses deux collègues de Marseille, autour de Nathalie Gatellier, coordinatrice du programme. Un temps de réunion bimensuel indispensable pour avancer et se questionner ensemble. « Nos premiers résultats sont très encourageants, souligne la coordinatrice. Un an après le lancement du dispositif, 500 jeunes ont été touchés ! » Une étude d’impact est menée parallèlement par l’Agence nouvelle des solidarités actives pour mesurer les bénéfices du dispositif.

« Ce métier est passionnant, conclut Ismail Rahaoui. On est en permanence sur de l’humain. Je souhaite avoir de plus en plus de belles histoires de réussites à raconter ! Dans la vie, rien n’est impossible. »

TEMOIGNAGE
Mehdi, 21 ans, en diplôme de comptabilité gestion au lycée Théodore Aubanel d’Avignon

« Je ne connaissais pas du tout le dispositif Impact Jeunes. J’ai rencontré Ismail par hasard dans un café à Tarascon. Il m’a tout de suite proposé de m’aider à trouver un emploi étudiant pour cet été. Dans le cadre de mes études, je dois aussi trouver une alternance à partir du mois de septembre pour poursuivre en master expertise comptable. Ismail m’a mis son réseau à disposition et nous venons d’aller ensemble à une réunion de chefs d’entreprise organisée par le dispositif à Marseille. Je suis très optimiste ! La démarche d’Impact jeunes est très aidante et le plus important de tout, elle nous met en confiance.  »